vendredi, avril 28, 2006

L'IMAGE, LE TEMPS, LA PHÉNOMÉNOLOGIE


J'ai reçu un commentaire très intéressant et stimulant de Liguea, qui avait enseigné la philosophie. Son commentaire est sur mon blog, c'est-à-dire sur moi. C'est comme un oracle. En un mot, je suis construit (né) pour aimer la phénoménologie ou des artistes (philosophes) comme Edmund Husserl (1859-1938), Martin Heidegger (1889-1976), et peut-être Wassily Kandinsky (1866-1944). En lisant son analyse, j'étais très étonné. Parce que je ne sais rien sur cette philosophie bien que je sache leur noms. Mais j'ai décidé de lire leur œuvres peu à peu pour comprendre l'intention de Liguea et pour me savoir mieux.

Il m'a également indiqué que j'étais attaché aux images et que j'aimais subir l'écoulement du temps. Je ne suis pas conscient de mon état d'âme, mais après avoir lu cette phrase, je suis surpris par la précision de son analyse.

En écoutant l'évaluation de mon esprit, je suis toujours bouleversé et galvanisé. C'est comme si je me regardais devant moi-même. Cela me donne beaucoup de leçons. Je vous remercie, Liguea, pour votre commentaire précis et incisif.

(version japonais)

4 commentaires:

Liguea a dit…

Je reviens!

Liguea a dit…

Bonjour Paul-ailleurs!
Merci infiniment pour vos commentaires à mon message. Mais, il ne faut peut-être pas accorder trop d'importance à ce que vous m'avez évoqué (je crois que vous aimez bien ce dernier mot). Simplement,votre lecture m'a évoqué ce dont je vous ai parlé:
.l'attachement sans fond que vous avez pour la langue française m'a remis en mémoire " Lettre sur l'humanisme"( Heidegger traduction de Jean Beaufret). Il est précisé dans cet ouvrage que la langue est maison de l'être. C'est à dire qu'il y a en l'homme une revendication de l'Etre: pour qu'elle s'accomplisse, la pensée doit devenir pensée de l'Etre.Or, cette pensée, ramenant l'homme à son essence; à sa provenance depuis la mise en oeuvre de la langue, fait de la langue elle-même mon abri et ma maison.Elle est ce qui apporte l'Etre depuis ce que je suis.Votre manière de voir et d'écouter la langue française m'a fait penser que telle était votre quête.
.Pour être contemporain des défunts,il faut penser à la manière de Husserl. Je me souviens que dans "Leçons sur une conscience intime du temps",un magnifique passage montre que la vie humaine se construit comme une note dans une mélodie musicale. Par là, la note-dans la mélodie-est à la fois avec celles qui l'ont précédée et avec celles qui lui succéderont.Ainsi,dans le Temps de la mélodie, elle est contemporaine de toutes.De même, le Temps, tel la mélodie, me fait être avec mes ancêtres et avec mes héritiers. Je suis celui qui est joué depuis l'écoulement temporel de la mélodie pour devenir celui qui est.
.Pour les images. Vous avez lu Bachelard. Il a pensé des "images qui pensent", c'est à dire qui donnent à penser depuis leur simple présence. Ainsi, d'une présence statique peut jaillir une dimension temporelle.Kandinsky(il faut que j'en finisse de l'écrire avec un "i"!), lorsqu'il parle de peinture, emploie toujours des notions, des images sonores...c'est à dire qui évoquent le temps et son écoulement. Bien sûr, son raisonnement peut être appliqué à la photographie.
. Enfin, je serais heureux de vous parler d'autres textes auxquels vous m'avez fait penser. Mais je ne veux pas mobiliser le blog.Et puis aussi, le vocabulaire à mettre en oeuvre est complexe! En tout cas ce n'est pas encore que je parle une langue étrangère aussi bien que vous!
Voilà, un dernier point!( "lirant",c'est "lisant").Mais, vraiment, on peut dire que vous êtes bilingue!
A bientôt pour un nouveau voyage (pour moi aussi!). Et construisez bien votre maison! Amicalement.
P.S: Bonne écoute de René Aubry!

paul_ailleurs a dit…

Merci pour corriger une faute grammaticale. Il y avait sept "lirant"s dans mon blog. J'ai toujours honte quand je trouve des erreurs très simples. C'est comme si je marchais dans la rue en ayant ma braguette ouverte. Je reviendrai mentionner des autres points bientôt.

Liguea a dit…

Non! Du tout: normalement, on devrait dire "lirant"! Simplement,on dit "lisant" parceque c'est "comme çà"! Parfois,même la langue est arbitraire!