lundi, janvier 09, 2006

ANCIEN MOI


Aujourd'hui, c'est le jour férié pour ceux qui entrent dans la majorité (20 ans au Japon). La photo ci-dessus montre des jeunes filles qui consultent des papiers de divination (omikuji おみくじ) dans un sanctuaire japonais.

Pendant les vacances de fin d'année 2005-2006, ma mère m'a parlé d'une histoire d'un bébé. Chaque hiver, ce bébé est dénudé et porté sur le dos de sa grand-mère qui est aussi dénudée. Elle disait toujours, "C'est la façon la plus chaude pour lui." Connaître ancien moi que je ne sais jamais, cela me donne une sensation étrange. Je veux vraiment voir ce bébé qui vient d'apparaître de l'obscurité éternelle et lui jeter quelques mots.

----------------------------
(version japonaise)

8 commentaires:

paule a dit…

"La lune? Ce n'est plus la même,
Le printemps? Ce n'est plus
Le printemps d'autrefois.
Moi seul
N'ai pas changé."
Ariwara no Naribira
Kokinshû

paul_ailleurs a dit…

Contrairement à Narihira, il me semble que ce bébé ne soit pas moi-même et qu'il soit une autre personne. Pour cela, j'ai eu une sensation étrange, peut-être.

Emeric a dit…

Bonjour Paul-Ailleurs! Je reviens pour vous faire partde mes remarques j'espère quelle vous seront utiles.
Pour dire "devenir adulte" on dit aussi "entrer dans la mojorité" même si cela a une connotation un peu administratif et que votre première expression est grammaticalement correct.
"Des cartes de divination", je suis persuadé qu'il existe une expression plus courante mais je n'arrive pas à me souvenir.
Il y a un problème de concordance des temps: vous dîtes "Chaque hiver, ce bébé a été dénudé et porté sur le dos de sa grand-mère qui était aussi dénudée." alors qu'il faudrait écire "ce bébé est dénudé et porté sur le dos de sa gran-mère qui est aussi dénudée".
Une chose que je n'arrive pas à rectifier est votre expression "ancien moi", qu'entendez vous par là? Ainsi je ne comprends pas la fin de votre deuxième paragraphe.
J'espère ne pas manquez de sensibilité peut être que je suis passer à côté du sens de ce deuxième paragraphe comme je pourrais passez à côté d'un poème.
Aurevoir

paule a dit…

Bonjour. Est-ce une légende cette histoire de bébé?
Moi, j'y vois un symbole: les enfants ont besoin de la protection et de l'amour de leur famille (la chaleur de la grand-mère) car ils sont fragiles et sans défense et doivent tout apprendre pour devenir adulte. Et cette initiation est nécessaire pour tout être humain ou animal. Le bébé universel!
Je suis d'accord avec le poète. Nous sommes toujours la même personne. Le corps se transforme en vieillissant; les sentiments et les opinions se modifient car l'environnement change et nous accumulons des expériences. Mais au fond,nous sommes ce que notre hérédité nous a donné. Nos gènes et notre éducation que nous ne pouvons régénérer!
J'espère que vous n'étiez pas ce bébé. Il pouvait mourir d'hypothermie et la grand-mère de pneumonie!!!
A demain peut-être!!!

paul_ailleurs a dit…

>emeric
Merci de votre commentaire. Ça m'aide toujours à comprendre le français et m'alerte grammaticalement.
1) Je sais l'expression "la majorité" et au fait j'hésitais entre cette expression et "devenir adulte". Je pense que dans ce contexte, l'expression administrative est acceptable.
2) J'ai cherché en vain le mot pour "omikuji" en japonais.
3) La concordance des temps, c'est toujours mon problème.
4) La dernière phrase a la connotation de mon billet du 3 janvier (http://paulailleurs.blogspot.com/2006/01/la-vie-dune-fraction-de-seconde.html). C'est que notre vie est comme un éclat entre l'obscurité éternelle.

paul_ailleurs a dit…

>paule
Non, ce bébé est moi-même. C'est une histoire de mon enfance. En l'entendant pour la première fois, et pour cela j'ai vu un image de bébé qui n'éxistait pas en moi. C'est pour ça que je me suis senti très étrange.
Je suis tout à fait d'accord avec vous en disant que les enfants, surtout les bébés, ont besoin de la protection chaleureuse, physiquement et psychologiquement. Je suis aussi d'accord en général pour la condition de notre esprit qui ne change pas et j'ai encore dans mon cœur moi de mon enfance (ancien moi ?). Mais ce bébé a brusquement apparu devant moi. C'était une expérience extraordinaire.

Paule a dit…

Bonjour. C'est affreux de ne plus se souvenir de notre petite enfance. Avez-vous fait l'expérience de regarder une photo de soi-même bébé et de le voir comme une personne étrangère parce que nous ne nous souvenons pas d'avoir été CE bébé?
Pour vous aider à répondre à Emeric, je vous conseille le livre que je viens d'acheter: "Les Facéties du français" - Nicole Ricalens-Pourchat - Armand Colin éditeur
Pour un amoureux des mots, c'est un livre ludique qui donne les pièges de notre langue et l'origine de quelques expressions.
Bonne journée à vous.

paul_ailleurs a dit…

Merci de votre conseil. Je vais chercher ce livre. Bonne journée.